DIGITAL SOLUTIONS

Moderniser votre application métier

Découvrez les trois étapes pour moderniser votre application métier et téléchargez gratuitement le livre blanc sur les modern apps.

September 19, 2022

Vous êtes responsable digital au sein d’une grande entreprise. Votre métier vous invite à souvent faire un grand écart acrobatique entre les exigences du marché et les nouveautés technologiques. Pas facile de tout suivre !

Vous avez notamment sous votre giron un ensemble d’applications métiers développées il y a plusieurs années. Les plus anciennes fonctionnent depuis une bonne dizaine d’années et ne remplissent plus leurs objectifs de performance et leur expérience utilisateur laisse plus qu’à désirer. Plus grave encore, elles coûtent une fortune ! Elles fonctionnent sur un serveur surdimensionné et au moindre problème de performance, la DSI vous envoie de nombreux devis pour “mettre plus de VMs !”.

C’est devant votre désarroi que votre nouveau collègue de l’IT, vient vous suggérer : “as-tu pensé à la containerisation de cette application ? Voire à passer en serverless et à suivre une architecture JamStack alimentée par des microservices ?”.

Afin de ne pas perdre la face, vous vous enfermez dans votre bureau armé d’une thermos de café et tentez de gravir cette montagne de vocabulaire obscur. C’est alors que vous tombez sur un article de Smile qui va éclairer votre lanterne.

 

Plus d’abstraction pour plus de métier

La crise du covid n’a fait qu’accentuer cet état de fait : les organisations doivent devenir plus agiles pour s’adapter à des changements structurels potentiellement brusques. L’agilité, terme souvent galvaudé, renvoie ici à l’agilité business (ou “business agility” dans la langue de Shakespeare) : être capable de répondre vite aux nouvelles demandes du marché et aux innovations lancées par la concurrence.

Pour ce faire, les outils et méthodes se multiplient, avec un sous-tenant fort : le cloud. Celui-ci permet d’aller vers toujours plus d’abstraction pour se passer des machines et finalement se concentrer sur le métier. De l’abstraction certes, mais comment ?

  • Via des “containers”, unité d’abstraction qui a pour objectif de réduire les dépendances de votre application avec son infrastructure (les serveurs en somme).
  • Via des approches “serverless” qui visent à se débarrasser de la notion même d’infrastructure.
  • Via de nouvelles architectures type “JamStack” qui vont jusqu’à s’affranchir de la notion de backoffice pour n’en faire qu’une commodité.

 

ETAPE N°1 : LES CONTAINERS

En un mot, la containerisation consiste à “encapsuler” le code et toutes ses dépendances de façon standardisée, compréhensible par des services de cloud tiers afin qu’il puisse s’exécuter sur n’importe quelle infrastructure (même sur un AS400 !).

Kubernetes, la solution de containerisation la plus répandue sur le marché, orchestre et gère des conteneurs dans le cloud. C’est une solution qui reste indépendante, ce qui signifie que vos développeurs sont libres de choisir différents langages de programmation et frameworks, tout en restant indépendants du fournisseur de cloud.

 

ETAPE N°2 : LE SERVERLESS

Le serverless est un modèle dans lequel le fournisseur cloud va exécuter un morceau de code en fournissant de manière dynamique les ressources.

Le code peut être exécuté dans des conteneurs (cf. paragraphe précédent, vous suivez ?) pouvant être déclenchés par divers événements qui ne nécessitent pas des serveurs qui tournent en permanence: alertes, requêtes web, exécution de calculs, événements autour d’une donnée… L’avantage principal : vous n’êtes facturés que la quantité de ressources utilisées pour exécuter le code en question ! Adieu les factures de votre DSI pour acheter plus de machines virtuelles.

ETAPE N°3 : LA JAMSTACK

Rien à voir avec la confiture : la Jamstack est une pile technologique pour construire des sites web avec J.A.M pour Javascript, API et Markup.

Peut-être vous souvenez-vous des sites web statiques qu’il fallait directement coder pour les mettre à jour ? La Jamstack reprend ce principe en pré-construisant le site sous forme de pages HTML statiques tout en le rendant dynamique via des fonctions Javascript et en s’appuyant sur des flux d’API pour accéder au contenu et aux services.

La Jamstack apporte deux avantages forts à votre application :

  • Renforcer la sécurité : les pages statiques n’exposent plus directement d’informations techniques présentant des failles de sécurité potentielles (bases de données & serveurs). Elles deviennent extrêmement difficiles à hacker !
  • Améliorer la performance – les pages sont statiques donc très légères à charger – et à travers la performance, le SEO. Les architectures Jamstack permettent de charger une page jusqu’à six fois plus rapidement.

 

Très bien, j’ai tout compris ! Mais quelle est la suite ?

Nous sommes persuadés que ces trois étapes peuvent vous apporter beaucoup pour moderniser vos applications digitales. Et du coup ? Vous n’avez plus qu’à passer directement à la quatrième ! Ecrivez-nous à contact@smile.fr  !

 

Le sujet des modern apps vous intéresse ?

Téléchargez gratuitement notre nouveau livre blanc.

Watch video

In the same category