La lutte contre le blanchiment d’argent: comment mieux l’évaluer?

Le CRP Henri Tudor a présenté, lors d’une conférence dédiée, […]

April 29, 2010

Le CRP Henri Tudor a présenté, lors d’une conférence dédiée, un modèle destiné à permettre aux professionnels du secteur financier de mieux comprendre les obligations règlementaires en matière de blanchiment d’argent.

 

Ce 28 avril 2010, le CRP Henri Tudor a organisé une conférence sur le thème de la lutte contre le blanchiment d’argent (AML) et la connaissance du client (KYC), des enjeux critiques pour le Luxembourg. Plus de 100 personnes ont pu être sensibilisées aux travaux menés par le Centre en étroite collaboration avec l’Association Luxembourgeoise des Compliance Officers (ALCO) et l’Institut des Auditeurs Internes (IIA) Luxembourg, qui ont tous indiqués l’intérêt d’avoir des modèles de référence pour évaluer et améliorer le respect de ces enjeux.

 

Ainsi a notamment été présenté un modèle d’évaluation standardisé des obligations en matière de lutte contre le blanchiment. Ce modèle soutient les évolutions de la fonction d’audit (IFACI, 2004) qui à mis en lumière le besoin de disposer de méthodologies et d’outils permettant de communiquer les résultats de manière plus synthétique. Ceci accroît la communication avec les autres fonctions de l’entité (compliance officer, auditeur interne et réviseur d’entreprises) et permet de prendre en compte les résultats des travaux de ces autres fonctions afin d’obtenir une information appropriée pour l’analyse des écarts et la comparaison par rapport à un point de référence (e.g. les articles dans une circulaire).

 

Basé principalement sur la circulaire CSSF 08/387 concernant la « lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme et prévention de l’utilisation du secteur financier à des fins de blanchiment et de financement du terrorisme », le modèle présenté facilite la compréhension commune des obligations réglementaires en matière de lutte contre le blanchiment et de connaissance du client. D’ores et déjà adopté comme « démonstrateur » par les acteurs impliqués, il permet de synthétiser les résultats dans « un tableau de conformité » s’intégrant dans les pratiques et les outils existants au sein des institutions financières. Un modèle que le CRP Henri Tudor envisage déjà de transposer dans d’autres secteurs concernés, comme par exemple celui des assurances.

 

En parallèle, le CRP Henri Tudor, via son programme INNOFinance® contribuant à la stratégie de promotion de la place financière en mettant à disposition des outils de gouvernance des services, soutient plusieurs autres sous-ensembles du secteur financier afin de développer leur maturité : la gestion des risques opérationnelles pour les professionnels du secteur financier de support (PSF/S) et les investissements socialement responsables (ISR) sont autant d’exemples d’actions.

Watch video

In the same category